disparition de roland sabatier

Roland Sabatier
Artiste, théoricien, figure majeure du mouvement lettriste
23 juillet 1942 – 23 juillet 2022

Roland Sabatier, figure majeure du mouvement lettriste, est décédé le samedi 23 juillet 2022 à Paris, le jour de l’anniversaire de ses 80 ans.

Né le 23 juillet 1942 à Toulouse, il rencontre, en 1963, Isidore Isou (1925-2007), le créateur du Lettrisme lors de la Biennale de Paris et rejoint, la même année, le groupe lettriste.

« Tout cela semble porter Roland Sabatier aux premières places de la réalisation Plastique de notre siècle, comme une facette inoubliable du diamant visuel », avait un jour écrit Isidore Isou.

Après la disparition d’Isidore Isou (1925-2007) et de Maurice Lemaître (1926-2018), Roland Sabatier est la troisième grande figure historique du Lettrisme qui disparaît (Le Lettrisme est un mouvement d’avant-garde artistique fondé à Paris, en 1945, par Isidore Isou, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, succédant aux mouvements dadaïste et surréaliste).

Dès 1963, date de son entrée dans le groupe, il s’impose comme un grand rénovateur du Lettrisme.

Son œuvre se distingue par son ampleur multiforme qui embrasse tous les champs de la création (de la poésie aux arts plastiques, du cinéma aux arts de la scène) et par un style artistique reconnaissable entre tous qui consiste à opérer une destruction généralisée de tous les arts.

Concrètement, il invente un régime de signes visuels hybrides très personnel que l’on nomme des hypergraphies (super-écriture) auxquels il fait subir toutes les typologies de transformations destructrices : effacement, fragmentation, biffure, distorsion… Il repousse sans cesse les limites de la destruction en créant des œuvres extrêmes, parfois même vides, comme des surfaces de projection pour l’imaginaire des spectateurs, le tout rendu par une grande épure formelle qui anticipe les réalisations des artistes conceptuels et minimalistes des années 1960.

Projet d’une vie, chez lui la destruction n’est jamais négative, mais infiniment créatrice. Une destruction créatrice qui consiste à inventer de nouvelles manières de penser et de transformer les composantes élémentaires de l’œuvre d’art, depuis la composition formelle, la base matérielle jusqu’au sujet traité. Il nommait ces actes de destruction par catégorie des « Polythanasies artistiques » ou « esthétiques » (un terme signifiant littéralement « multi-mort de l’œuvre d’art »). « J’ai essayé d’apporter la Beauté de la destruction », déclarait-il encore, en janvier 2022, au sujet de l’ensemble de son œuvre.

Artiste plasticien, mais aussi théoricien du Lettrisme, poète, romancier, cinéaste, auteur de théâtre, chorégraphe, il a considérablement contribué à propager le Lettrisme sur le devant de la scène artistique française et internationale à travers des ouvrages, des manifestes théoriques et des commissariats d’expositions. Il fut également un grand professeur d’histoire de l’art et de théories des idées esthétiques dans de nombreux instituts d’enseignement supérieur.

Depuis plusieurs décennies, son travail fait l’objet d’une reconnaissance internationale. Ses œuvres figurent dans les collections des plus grands musées du monde, du Getty Museum de Los Angeles au musée d’Art de Tel Aviv, du Metropolitan Museum de New York au Centre Pompidou de Paris. Le galeriste Éric Fabre a également joué un rôle essentiel pour la défense de ses œuvres et c’est au Garage Cosmos de Bruxelles qu’il a exposé, en 2014, une réalisation phare et multiforme de Sabatier : De le loi de la jungle à la loi des créateurs (1975). Ses œuvres sont présentes dans la salle lettriste du 5ème étage du Centre Pompidou, à Paris, première institution internationale à positionner dans l’histoire de l’art, sous l’impulsion de Bernard Blistène, le mouvement lettriste et, notamment, l’œuvre plastique et cinématographique de Roland Sabatier.

Roland Sabatier en quelques dates
1942 Naissance à Toulouse (Haute Garonne).
1963 Rencontre Isidore Isou, le créateur du Lettrisme, et rejoint le groupe lettriste.
1969 Débute son travail sur la « polythanasie artistique ».
1970 Fréquente Man Ray, Hans Bellmer, Meret Oppenheim, Roberto Matta, Max Ernst et Louis Aragon.
1971 Expose ses Polythanasies esthétiques au Salon Comparaisons à Paris.
1993 Participe et organise la Salle Lettriste à la Biennale de Venise.
2002-2022 Participe à de nombreuses expositions internationales :
Paris Capital of the Arts 1900-1968 à Londres (2002) et Guggenheim de Bilbao (2002), Après la mort de l’Art, 1945-2003 (2003) à Saint-Etienne, L’Art en Europe (1945-1968) à Moscou (2017), Œuvres de pédagogie esthétique (1988-1990) à la Fondation du doute de Blois (2013), Points de rencontres (2019) au Centre Pompidou, Salle lettriste au Musée d’Art Moderne, Centre Pompidou (2022).

INFORMATIONS ET RESSOURCES SUR ROLAND SABATIER :

SALLE LETTRISTE (SALLE 28), MUSEE D’ART MODERNE, CENTRE POMPIDOU, NIVEAU 5, PARIS.
https://www.centrepompidou.fr/fr/visite/plan-interactif?floor=5&zoom=deep&place=Mus%C3%A9e%2C+niveau+5%2C+salle+28

QUELQUES-UNES DES OEUVRES DE ROLAND SABATIER CONSERVÉES AU CENTRE POMPIDOU :
Quatre sans titre (1963)
Sculpture filiforme supertemporelle (1964)
Discours encourageant pour aller plus loin (1964)
Peinture projetable (1964)
Le Petit théâtre de Roland Sabatier (1965)
Hypergraphie (1966)

SITE PERSONNEL DE ROLAND SABATIER :
https://www.rolandsabatier.com/0/entry.html